Retour vers le passé …

Dès 992 le nom de « Venarey » apparait dans le cartulaire de Flavigny, l’église Saint Germain était reconnue dépendre de l’abbaye comme 19 églises ou chapelles de la région.

Les seigneurs de Venarey issus des comtes d’Auxois, de la branche des sires de la Tour de Rougemont, dont le premier retrouvé en 1100, portant le nom de Venarey est une dame : Hermancenne, fille d’Emeline de Marmagne et de Gauthier seigneur Champenois.

Elle eut plusieurs enfants et fit des dons très importants aux abbayes naissantes : Fontenay, Ogny, Molesmes.

En 1150 certains de ses enfants, à l’étroit sur cette terre morcellée en plusieurs petits fiefs vont se fixer aux « Laumes » Le bourg était né. La dernière de cette lignée Mahaut épousa Jean de Grignon et prendra le titre de Dame des Laumes. La seigneurie se transmit jusqu’en 1660.

Les habitants du bourg comme ceux de Venarey étaient essentiellement des vignerons.

Si Venarey eut trois châteaux construits au même endroit, les Laumes en eût au moins deux, le premier construit à l’emplacement de la ferme Guiller, brulé vers 1580, propriété des Crécy et la maison seigneuriale (ferme Dubois) attestée en 1610.

Si Venarey accepta le canal prévu depuis 1606 et inauguré en 1832, il refusa en 1848 le passage du chemin de fer qui allait pollué ses puits et faire crever ses vaches. C’est l’hôpital d’Alise qui avait acheté la seigneurie des Laumes en 1660, qui vendit des terres marécageuses aux Laumes pour l’implantation de la ligne qui fut inaugurée en 1851. Le bourg se développa au détriment du village.

En 1910, Venarey et son bourg des Laumes deviennent chef lieu de canton. Les deux communautés menacèrent de se séparer pour former deux communes distinctes le bourg étant plus important que le siège de la commune qui détenait la mairie à Venarey. Pour calmer les esprits, la mairie s’installa à égale distance des deux communautés en 1927.